Comment arrêter d’être jalouse en couple

« Comment ne plus être jalouse ? Comment enfin, se libérer de cette sensation qui ronge le ventre, qui ronge la tête ? » C’est la question que je me suis posée pendant très longtemps.

Je ne suis pas quelqu’un de nature jalouse, et pourtant, avec mon conjoint, ce trait de caractère m’a collé à la peau pendant presque 3 ans comme je le raconte dans cet article. A une époque où je n’avais pas beaucoup confiance en moi et assez peu d’estime pour ce que j’étais, il ne me fallait pas grand chose pour psychoter, imaginer « toutes les choses » que pourrait possiblement faire mon copain dans mon dos. C’est à force d’un immense travail sur moi-même qui m’a pris plusieurs années que je peux aujourd’hui écrire avec une certaine fierté que j’ai dépassé ce stade et surpassé mes peurs.

De la « mère juive » relou (comme le dit si bien Florence Foresti dans son sketch) à la copine relax et ouverte d’esprit, j’ai fait un chemin de fou ! Et voici comment j’ai fait :

1. Pour arrêter d’être jalouse, comprenez d’où vient ce sentiment

  • Beaucoup de gens mentent sur (ou cachent) certains aspects de leur vie, de leur personnalité à leur conjoint. La relation établie se fait sur des bases fausses. Par conséquent, la personne qui « ment » ne sachant comment l’autre va réagir s’il apprend la vérité sera toujours dans la peur que la vérité soit révélée. En d’autres termes, on peut être jaloux par manque d’honnêteté envers l’autre.
  • J’ai aussi vu dans ma vie des personnes qui étaient dépendantes de la relation.

fille jalouseAprès deux secondes et demi de réflexion, j’ai réalisé que je me situais bien dans le deuxième groupe, comme sûrement la grande majorité des femmes qui sont jalouses et qui manquent de confiance en elles. Mon copain m’avait toujours prouvé que je n’avais strictement rien « à craindre », par son entière honnêteté. Alors pourquoi presque du jour au lendemain, pour quelques malheureuses photos sur son téléphone on peut devenir le stéréotype de la vieille fille complètement parano ?

2. Pour arrêter d’être jalouse, retrouvez une part d’indépendance

Acceptez la réalité : une relation amoureuse ce n’est rien d’autre que deux individus qui voient dans l’autre chaque jour la valeur que peut leur apporter la relation. Si la relation n’apporte plus le maximum de ce que peut obtenir l’un des deux, alors il devrait se sentir libre. De tout. Libre d’envisager toutes les possibilités.

Voici donc la 1ère leçon : comprenez en quoi il est important et sain d’être INDÉPENDANTE et ensuite pratiquez pour gagner de l’indépendance.

Comme lorsqu’on commence à conduire, on a au début parfois peu confiance en nous, puis le maitre d’auto-école nous laisse un peu d’indépendance en nous laissant le volant, ce qui gonfle notre confiance en nous, nous permettant alors de prendre un peu plus d’indépendance…

C’était évident : mon manque de confiance en moi me bouffait littéralement et me faisait voir et imaginer des scènes qui n’avaient jamais eu lieu. J’ai donc compris qu’il fallait que je retrouve confiance en moi, en ce que je valais.

Comment faire ?

Voici un article entièrement dédié à retrouver confiance en soi : Définir ses valeurs, et les pratiquer

Ok, après de longs mois d’exercice, j’avais donc repris confiance en moi…alors pourquoi avais-je l’impression que cette peur était toujours tapie au fond de mon ventre et n’attendait que la prochaine faille pour faire de nouveau irruption ?

…Parce que je n’étais pas allée au fond du processus.

cesser d'être jalouse

3. Pour arrêter d’être jalouse, identifiez ce que vous craignez au fond de vous-même

Et alors j’ai réalisé ! En fait, à travers ma jalousie, j’avais peur de 2 choses :

1/ De perdre ma relation privilégiée avec mon conjoint

A force de longues conversations avec lui, j’ai compris la chose suivante : une relation de couple, selon moi, c’est beaucoup de choses. Ce sont des heures à échanger nos idées, à partager nos passions, à s’entraider sur nos projets respectifs, à découvrir de nouvelles choses ensemble, à se réconforter quand ça ne va pas, à se féliciter quand on a réussi, à se câliner, et à avoir des relations plus intimes. Un couple c’est une unité à part entière qui comprend toutes ces choses, qui ont toutes leur importance à leur échelle.

Après des années de relation épanouie avec lui, si jamais il était attiré par une autre fille, est-ce que je le perdrais ? Non, car même si je n’aurais plus certains aspects qui caractérisent le couple comme le côté physique par exemple, je pourrais toujours échanger avec lui, toujours compter sur lui, tout comme lui pourra toujours compter sur moi. J’ai compris que nous étions arrivés à un tel stade de partage l’un et l’autre qu’il est tout simplement inconcevable de couper les ponts comme ça du jour au lendemain si l’un ou l’autre trouvait une autre personne.

Donc en fait ce que j’ai compris, c’est que jamais je ne perdrai la relation qui m’est si chère. Au pire, elle se transformera et prendra une nouvelle forme… mais nous avons tellement à partager sur nos projets professionnels par exemple qu’il nous semble juste inconcevable de ne plus compter l’un sur l’autre pour se conseiller.

Conclusion sur cette 1ère peur : battue par KO ! Je n’ai plus peur de le perdre, plus pour une autre fille du moins.

2/ Qu’il me mente et me cache des choses pour ne pas me blesser

En fait c’est de ça dont j’étais terrorisée quand je me surprenais à jeter des coups d’œil par dessus son téléphone, quand je tombais « comme par magie » sur ses historiques de conversation. J’avais davantage peur qu’il me cache quelque chose que le fait qu’il ai vu une fille qui lui plaise (vous le sentez le truc tordu ?! x)) !!

Je lui ai donc demandé très clairement de me promettre de me dire quand il lui arrivera d’être « perturbé », « attiré » par une fille et il me l’a promis. Je lui ai expliqué que je n’avais pas peur d’en parler, que nous pourrions nous asseoir et en discuter tranquillement, tant qu’il était honnete avec moi.

And guess what ? Plusieurs moi après cette promesse, il est venu vers moi un jour, complètement perturbé (il ne mangeait pas, ne dormait pas bien) et m’a avoué que 2 jours plus tôt il avait eu un véritable coup de foudre pour une fille qu’il ne connaissait pas, à qui il n’a jamais parlé. Il m’a expliqué comment ça l’avait perturbé, que selon lui ce n’était pas un « crush » comme ça anodin. Que cette fille, ce n’était même pas parce qu’elle était jolie (elle est mignonne sans être aussi jolie que de nombreuses filles qu’il a pu croiser), c’est vraiment qu’il avait cru « voir en elle », qu’il avait vu ses valeurs sur son visage. Et que pour autant cela n’enlevait rien (voir avait paradoxalement augmenté !?) tout l’amour qu’il avait pour moi. Et combien il avait eu envie de lui parler, mais qu’à ce moment-là il avait déjà l’impression que c’était une première forme de tromperie envers moi, et qu’il n’en avait donc rien fait. Ça a été un moment extrêmement difficile pour lui, il ne savait pas comment commencer à me raconter ça, tant il avait peur de me blesser.

Devinez ce que j’ai ressenti à ce moment ? De la peur ? De la colère ? De la jalousie ? De la tristesse ?

RIEN DE TOUT CA !

Ce que j’ai ressenti à ce moment, c’est un mélange de soulagement, d’amour et un peu de peine.

Du soulagement car enfin, après presque 3 ans de travail sur moi-même, ma dernière peur s’envolait avec sa promesse qu’il tenait, celle de me dire en toute honnêteté s’il y avait quelque chose « qui se tramait ». Une grande vague d’amour aussi pour « ce gars » que je connaissais depuis tellement longtemps, et qui faisait preuve de tellement de courage à ce moment précis pour me dire toute la vérité. Et un peu de peine pour lui, à le voir aussi déchiré.

Pour tout vous dire, je lui ai donné entière carte blanche pour prendre contact avec cette fille etc, mais pour résumer finalement il ne s’est rien passé, ladite fille étant déjà en couple donc non intéressée (ça peut se comprendre…).

Conclusion sur cette 2ème peur : Vaincue par KO également ! Il m’a prouvé en « situation réelle » (lol) qu’il était capable de prendre son courage à deux mains pour me dire la vérité, aussi dure soit-elle à entendre, et de mon côté j’ai vu que non seulement j’étais capable de gérer ça, mais qu’en plus cela m’avait soulagée !

 

fille victoire

Depuis notre couple s’est encore plus renforcé, j’ai senti que nous avions fait un pas de géant en 2017 à ce sujet.

Conclusion

Si je devais résumer cet article en 2 idées qui sont les piliers de la méthode qui m’a permise de me débarrasser de ma jalousie : comprenez en quoi il est sain d’être indépendante de la relation (ce qui n’enlève en rien la qualité que vous lui reconnaissez), appliquez-vous à être indépendante à elle, et soyez entièrement honnête avec vous-même et donc, avec votre conjoint.

Imaginez : il y a 3 ans, j’étais une grande jalouse, complètement parano qui vérifiait en cachette ses sms. 3 ans plus tard, je « lui donne ma bénédiction » pour prendre contact avec une fille dont il semble être tombé amoureux….et au final : un couple toujours là, et encore plus fort. Le chemin de fou que l’on peut parcourir !!!

Ce que j’essaye de vous dire c’est qu’aussi jalouse que vous puissiez être, il n’y a pas de fatalité, pour peu que vous le vouliez profondément, votre jalousie se travaille. C’est un chemin qui peut être long et fastidieux, mais je vous assure que le résultat au bout -en tant qu’apprentissage personnel et sur son couple-, en vaut la chandelle.

 

 

Les 3 habitudes qui ont transformé ma vie

Quand je réfléchis à ma vie, j’ai l’impression qu’il y a un réel « avant » et « après ». Un « avant » avec une fille plutôt râleuse, pessimiste, assez frustrée, pas très bien dans son corps et un « après » avec une fille beaucoup plus optimiste, enjouée et heureuse dans son corps, dans sa tête et dans son couple. Comment ? grâce à ces 3 habitudes qui ont transformé ma vie, doucement mais sûrement.

1ère habitude : entretenir notre admiration, notre inspiration

J’ai réalisé que pendant de nombreuses années je n’avais pas eu vraiment de modèles, de personnes dont j’admirais les valeurs, sur qui prendre exemple. Du coup mes états d’âme, ma personnalité et mes valeurs étaient changeants et instables j’étais un peu perdue, comme un bateau à voile…sans voile (balo!) qui se laisserait porter passivement par le courant. Puis j’ai commencé à me renseigner sur différents sujets qui me passionnaient, et à avoir des modèles. Et surtout, pour la première fois, je comprenais pourquoi ces personnes étaient des modèles pour moi, quelles valeurs elles incarnaient qui m’étaient chères. Aujourd’hui je cherche à entretenir, à alimenter cette admiration pour certaines personnes connues ou non, afin d’être toujours animée par cette envie de m’améliorer, de mettre le doigt sur ce qui compte pour moi et de devenir une meilleure personne.

Comment faire ?

fille admirativePrenez un domaine qui vous passionne et renseignez-vous dessus, regardez des vidéos, écoutez des podcasts dans les transports le matin sur des personnes qui pratiquent cette passion et si vous vous sentez inspirées par elles, écrivez sur un cahier en quoi vous trouvez ces personnes admirables. Ce que vous écrirez reflètera les valeurs qui sont importantes à vos yeux, ce qui vous permettra de mieux vous comprendre et comme j’en parle en détail dans cet article, participera à booster votre confiance en vous. Par exemple moi je suis passionnée depuis 2 ans par l’entreprenariat et les personnes qui ont créé à partir de rien des « empires » mais surtout, qui apportent de la valeur aux gens tout en en retirant de la valeur aussi. Des personnes qui pourtant n’avaient parfois pas beaucoup confiance en elles au départ, qui ont eu aussi du mal à se lancer.

 

2ème habitude : Faire du sport régulièrement (2 à 3 fois par semaine)

Malgré mon enfance assez sportive, je m’étais beaucoup ramollie pendant l’université, trop prise par le travail. Un jour, je me suis rendue à l’évidence : je n’étais plus heureuse dans mon corps qui ne correspondait pas à ce que je voulais être. Dès que j’ai pris mon courage à deux mains et commencé à faire du sport 3 fois par semaine, le changement a été radical : mon corps se tonifiait mais surtout mon moral et ma confiance en moi remontaient en flèche ! Ok on est d’accord, se motiver le matin avant d’aller travailler ou le soir en rentrant du boulot pour faire du sport ce n’est pas évident. Mais au bout de quelques semaines, quelques mois, ça change tout !

Comment faire ?

lapins crétins sportPersonnellement j’ai repris le sport en suivant un programme de sport connu en France « Top Body Challenge » qui me permettait de suivre de façon simple, 3 séances de sport à faire chez moi par semaine, chaque séance prenant environ 30 minutes. On ne va pas se mentir, pour peu qu’on le souhaite on a toutes 30 min de libre 3 fois dans la semaine ! 😉 Ensuite j’ai voulu varier et je me suis (re)mise à la course à pied qui me défoule et me fait sentir extrêmement bien pour le reste de la journée. Cette année j’ai commencé un nouveau type de danse, je fais un peu de yoga/pilate le dimanche matin chez moi, bref, je suis sûre que vous aussi pourrez trouver « chaussure à votre pied » sans avoir à vous ruiner dans une salle de sport ! 🙂

 

3ème habitude : jeûner

J’ai découvert le jeûne long et le jeûne intermittent à l’université, suite à mes bronchites/sinusites que je « m’attrapais » chaque hiver et qui étaient de plus en plus violentes. J’en ai eu assez d’être malade, de voir que si je faisais un excès un samedi soir c’était le rhume assuré le lendemain matin. Depuis que je pratique le jeûne intermittent et parfois le jeûne long (3 à 7 jours), je n’ai plus eu une seule fois cette maladie, et le dernier rhume a duré moins de 24h (!!!). Je sens que j’ai plus de vitalité, de force et les jeûnes longs ont également renforcé significativement ma détermination (tenir 7 jours sans manger c’est pas si évident !). Bref grâce au jeûne, je suis en meilleure santé physiquement mais aussi psychologiquement avec des moments que je m’octroie pour prendre soin de moi et pour méditer par exemple.

Comment faire ?

Il serait difficile de vous détailler ici comment pratiquer le jeûne intermittent et le jeûne long, il faut bien se renseigner avant. Si vous souhaitez en savoir plus je vous invite à lire cet article que j’ai écrit pour expliquer la différence entre les deux types de jeûne ou encore cet autre article sur le jeûne intermittent.

 

Et vous, quelles sont vos 3 habitudes qui ont transformé votre vie ? 🙂

 

Cet article a été écrit dans le cadre d’un événement inter-blogueur lancé par S’épanouir au quotidien.com 🙂

Bien dans mon corps, bien dans ma tête : ma technique secrète

Pour être heureuse en couple, il faut être heureuse dans sa tête…et pour être heureuse dans sa tête, il est préférable (voir essentiel !) d’être heureuse dans son corps ! 😉

C’est pourquoi aujourd’hui c’est avec un grand plaisir que je participe au carnaval d’articles de mon ami Tom du blog alors-la-forme.com avec le thème suivant « Bien dans mon corps, bien dans ma tête ».

Dans cet article, je vais vous partager une méthode tout à fait originale que j’ai trouvée pour être bien dans mon corps et dans ma tête…une méthode tellement SIMPLE, tellement économique qu’on n’y croirait pas. C’est une technique recommandée dans les 3 religions monothéistes ou encore utilisée depuis l’antiquité par certains romains qui voulaient être au top de leur forme mentale et physique.

Il s’agit ni plus ni moins du jeûne.

1. Le jeûne : Un mot, différentes pratiques

« QuouaAaAa? Le truc où tu ne manges pas pendant plusieurs jours-là ?! Faut être fou ! »

Oui oui vous avez bien lu ! Alors pour préciser il existe plusieurs types de jeûnes. Certains parleront de « jeûne » dès lors qu’ils ne boivent plus que des bouillons de légumes et de jus de fruits, personnellement je n’appelle pas cela « jeûner » dans la mesure où le corps reçoit encore des glucides. Avec les glucides qui arrivent dans le sang, l’organisme n’a pas à passer en « cétose », étape qui caractérise pourtant le jeûne.

En ce qui me concerne quand je parle de jeûne, il s’agit donc uniquement de boire de l’eau, et c’est tout 😉

chat qui boit de l'eau

De l’eau, à profusion !!! 😉

Il y a également différents jeûnes, selon leur durée. On en différencie généralement deux grandes catégories : le jeûne intermittent aussi appelée « fasting » qui consiste à ne pas manger entre 16h et 1 jour environ, tout en continuant sa vie normalement. Dit comme ça ça fait peur, et pourtant beaucoup de gens le font sans même s’en rendre compte, en sautant le petit-déjeuner par exemple. C’est ce que je fais très souvent d’ailleurs.

Et il existe le jeûne long. Je n’ai pas encore trouvé de consensus dans les différents articles, documentaires et livres sur ce qu’on appelait « long » mais globalement à partir de 2/3 jours on commence à entrer dans un jeûne long.

2. Comment le jeûne m’aide à être bien dans mon corps et bien dans ma tête

épuisée heureuse dans sa tete et dans son coupleDans notre quotidien, nous dépensons une quantité phénoménale d’énergie à digérer, et c’est tellement devenu courant que nous ne nous en rendons plus vraiment compte. Or, même s’il fait de son mieux, notre organisme ne peut pas être « au four et au moulin » en même temps : l’énergie dépensée pour la digestion est de l’énergie qui ne pourra pas être allouée à réparer nos cellules malades, à se concentrer, à évacuer les toxines par exemple. Or le jeûne, pratiqué naturellement par tous les animaux sauvages qui sont malades, a été également utilisé par certains Hommes au cours des millénaires !

Pourquoi j’ai personnellement commencé à jeûner

J’ai commencé à jeûner quand je me suis rendue compte de deux choses :

  • Chaque hiver j’étais constamment malade, et pas de la petite maladie hein, de la sinusite couplée à une bronchite aiguë qui me provoquait des crises de toux incontrôlables et exténuantes, je vous passe les détails.
  • Je ressassais des idées noires, je trainais cet esprit pessimiste, râleur, et ajouté à la difficulté de « faire le tri » des choses dans ma vie.

Bref j’étais mal, mal dans mon corps, et mal dans ma tête. Or je sais que les toxines accumulées dans le corps via notre alimentation, nos pensées ou notre façon de vivre ont un impact significatif sur notre santé physique et psychique.

C’est à ce moment que je me suis dit que ce n’était plus possible, qu’il fallait faire quelque chose.

Et c’est là que j’ai découvert le jeûne.

Des jeûnes courts…

Aujourd’hui, je fais un jeûne intermittent environ 5 fois par semaines, en sautant tout simplement le petit-déjeuner. Je mange tôt le soir, et vers 13h le lendemain midi. Cela me fait gagner du temps mais surtout me donne une patate d’enfer toute la matinée pendant laquelle je ne mange pas ! Je me sens en pleine forme, du réveil jusqu’à 13h. Je sais que c’est du temps que j’offre à mon organisme pour éliminer les toxines et donc à être mieux dans mon corps, et dans ma tête.

…et des jeûnes longs 😉

J’ai également réalisé plusieurs jeûnes « longs », de 3, 5 et 7 jours. C’est un autre genre de défi, tout aussi intéressant ! En jeûnant j’ai eu davantage de temps pour prendre du temps pour moi, pour réfléchir à ma vie, mes objectifs, c’est fou comme je sentais littéralement que mon esprit et mon corps étaient enfin en train de tout remettre à plat, en ordre. Ça m’a fait énormément de bien.

Note : attention, un jeûne long doit se réaliser avec sérieux et ne doit pas se pratiquer à la légère.

Jeûner, c’est un peu offrir une pause bien méritée à son organisme, pour tout ranger, enfin.

Depuis que je réalise des jeûnes intermittents et que j’ai fait quelques jeûnes longs je n’ai plus jamais revue cette sinusite/bronchite et je me sens plus calme, avec un esprit plus « logique », plus tranquille.

En clair, en attaquant les problème à leur source, je me sens beaucoup mieux, dans mon corps, et dans ma tête.

Atlas Shrugged, ou LE livre qui m’a (le plus) inspirée dans ma vie

A la question « quel est le livre qui m’a (le plus) inspiré dans ma vie » je sais exactement quoi répondre… Il s’agit du livre qui a changé ma conception ENTIÈRE du monde  (oui oui rien que ça !) : les valeurs morales, en passant par le travail, les relations amicales et amoureuses, l’entreprenariat, bref, tout un programme… 😀

Une fois n’est pas coutume, je vais donc vous partager aujourd’hui LE livre qui a chamboulé puis a permis de reconstruire tout mon système de valeurs, dont celles que j’applique aujourd’hui dans mes relations amoureuses.

Note : Cet article participe à un carnaval d’articles inter-blogueurs ayant pour thème : “ Quel est le livre qui m’a (le plus) inspiré dans ma vie ? ” organisé par Katia du blog Routines Plaisir. Cliquez sur le lien suivant pour découvrir d’autres articles ayant pour thème un livre qui a inspiré ma vie.

« Bon alors, elle nous le donne son titre ou bien ? »

Ahaha d’accord je ne vous fais pas languir plus longtemps, il s’agit ni plus ni moins de l’incroyable roman philosophique Atlas Shrugged (traduit par la Grève en français), écrit par Ayn Rand.

« C’est quoi ce truc ?!… Jamais entendu parler ! »

Il s’agit ni plus ni moins du deuxième livre le plus lu dans tous les USA (le 1er étant la Bible), et qui est totalement passé incognito en France. Pas très surprenant, les valeurs portées dans ce roman semblent aux antipodes de la mentalité généralement décrite sur la France…

Publié en 1957 aux États-Unis, Atlas Shrugged (« Atlas haussa des épaules » si on traduisait littéralement) est un livre engagé qui remet en cause les politiques interventionnistes et a comme thème principal le rôle de l’esprit humain dans la société. Ok dit comme ça ce roman de plus de 1800 pages peut sembler tout à fait barbant j’en conviens 😉 Et pourtant, tout au long des pages, on lit avec avidité l’évolution des personnages, on réfléchit sans cesse sur leurs actions, leurs pensées et on remet en cause tout notre système de valeurs. En bref, « La Grève » est un plaidoyer de l’égoïsme rationnel, rien que ça.

 

Atlas Shrugged, de quoi ça parle en fait ?

Difficile de résumer ce roman philosophique tant d’idées et de concepts sont abordés dedans. Si je devais grossièrement résumer l’histoire, nous avons d’un côté des entrepreneurs comme le personnage principal Dagny Taggart, John Galt ou encore Hank Rearden qui se battent pour faire vivre et améliorer les chemins de fer aux Etats-Unis et de façon générale la liberté d’entreprendre, et de l’autre des représentants du gouvernement et la population qui œuvrent pour établir le « principe de précaution » vis à vis de ces industries, qui n’est en fait que la défense d’intérêts privés sous prétexte du « bien public ».

Pourquoi vous devriez absolument lire Atlas Shrugged

Atlas Shrugged ce n’est pas simplement le résumé que j’en ai fait ci-dessus, c’est un livre philosophique où nos systèmes de valeurs sont ébranlés à chaque page, c’est un livre d’aventure, un livre d’entreprenariat et aussi un formidable livre d’amour. Après des années à étudier l’écologie (je suis ingénieure écologue de formation) sous le même angle, Atlas Shrugged a bouleversé toute ma conception du monde, et de ce que je plaçais trop naïvement dans « le bien ou le mal ».

Car la force d’Ayn Rand est de nous faire réfléchir tout au long de ce roman philosophique, et non de nous asséner des idées à coup de massue comme le font  beaucoup d’autres !

Qu’est-ce que j’ai appris grâce à ce livre ? En 3 points :

  • Qu’utiliser de méthodes répressives au nom du « bien commun » mènent à des dérives très dangereuses et sont de fait à éviter comme la peste. On pourrait également citer l’importance du respect de la propriété privé par le respect du travail réalisé.
  • Que l’amour n’enlève en rien le devoir d’être entièrement sincère avec l’autre, même quand cela peut être douloureux à entendre.
  • Que le travail, la détermination et la réflexion sont les éléments clés pour se construire en tant qu’être humain et en tant qu’entrepreneur.

Depuis, je ne vois plus l’être humain comme l’ennemi de la Terre, je ne vois plus les constructions comme fatalement néfastes, j’imagine une autre façon de concevoir la protection de la biodiversité pour l’intérêt de l’Homme. Je n’ai plus de ressentiment des buildings et grosses constructions car je comprends leur raison d’être et leur créateur… de façon générale, j’ai la sensation d’avoir une vision moins simpliste des choses et de mieux comprendre le monde qui m’entoure.

 Je finirai sur un petit bout du fameux discours de John Galt (le discours fait 62 pages en version française!), personnage du roman :

 » […] vous me dites que le fort produit de l’argent au détriment du faible, n’est-ce pas ? Mais de quelle force s’agit-il ? Ce n’est pas celle des armes ni des muscles. Ce qui produit de la richesse, c’est la capacité de l’homme à penser. Pour autant, l’inventeur du moteur gagne-t-il de l’argent au détriment de ceux qui ne l’ont pas inventé ? Est-ce que l’homme doué d’intelligence gagne de l’argent au détriment des sots ? Le capable au détriment de l’incompétent ? L’ambitieux au détriment du paresseux ? Quand il est n’est pas détourné ou pillé, l’argent est le fruit des efforts de toute homme honnête, chacun dans la limite de ses capacités. L’homme honnête sait qu’il ne peut pas consommer plus qu’il n’a produit. »

Entrepreneur, blogueur ou simple amoureux de la liberté, je ne peux que vous conseiller chaudement de lire ce livre, qui est en lui seul une incroyable pépite d’or.

Man earth

La Symptothermie : cette contraception naturelle qui va changer votre vie

« La sympto quoi ?! » Comment ?! Vous ne connaissez toujours pas cette superbe contraception naturelle qu’est la symptothermie ?! C’est pourtant LE truc à savoir quand on veut être une fille heureuse dans sa tête et dans son couple 😉

Alors installez-vous confortablement, faites-vous un bon thé chaud et kidnappez votre chat pour le mettre sur vos genoux, c’est parti !

La symptothermie, cette méthode qui commence à faire parler d’elle

Comme toutes les jeunes femmes, quand la question de la contraception s’est posée, je n’ai pas réfléchi longtemps. Non non…vraiment pas longtemps. J’ai fait confiance à mon médecin et suis ressortie 1h plus tard avec une belle plaquette de pilules, bref, le Saint-Graal à l’époque pour moi.

Même si je n’ai pas souffert de caillots de sang bloqués dans la jambe comme c’était le cas d’une de mes amies, j’ai compris des années plus tard l’incidence que la pilule avait sur ma vie, et sur ma santé, aussi bien physique que mentale :

  • physiquement : j’ai toujours eu des problèmes de circulation de sang, notamment au niveau des extrémités des membres (doigts et pieds). Avec la pilule, les douleurs se sont intensifiées. Malgré une alimentation ultra saine et la pratique de sport, c’était comme si je sentais littéralement mon sang essayer de circuler. Comme s’il était trop compact, et qu’il devait alors forcer pour passer (aouch!). Je me revois encore dans mon lit, me tordant de douleur sans savoir d’où cela pouvait venir…

 

  • mentalement : surtout ces dernières années, des sautes d’humeur s’accentuaient sans raison apparente, c’était parfois intenable, on aurait dit que mon inconscient cherchait des problèmes (notamment de couple) là où il n’y en avait pas ! La vérité  ? C’est que je n’avais jamais autant choisi toutes mes conditions de vie pour être heureuse et pourtant, il y avait toujours quelque chose qui n’allait pas. A cette période, dans ma vision de la vie, quand tout allait parfaitement dans mon couple…c’est forcément que mon conjoint me cachait quelque chose (?!?) ! Voilà le raisonnement que j’avais, parfois je me sentais folle. D’une patience inhumaine, mon tendre et cher m’aidait à raisonner, à démêler le réel de mon imaginaire. Mais dès que je baissais un tout petit peu la garde, c’était comme un diablotin qui sortait de sa boîte pour me souffler des idées tordues sur tel ou tel sujet au coin de l’oreille…Je me sentais littéralement « empoisonnée ».

Et ça, c’est sans parler de tous les effets secondaires que provoquent généralement les pilules contraceptives : d’une « simple » baisse de la libido…à la mort. Selon l’Avep, l’Association des Victimes d’Embolies Pulmonaires et AVC, la pilule provoque 1000 décès par an en France. Comme le dit très bien Pryska DucoeurJoly dans son article, symbole de la libération sexuelle chez la femme hier, la pilule est aujourd’hui très contestée.

pilule femme décédées

C’est dans ce contexte incertain et dans un quotidien qui me rendait folle personnellement que j’ai décidé d’arrêter la pilule.

C’est alors que j’ai découvert la symptothermie, il y a maintenant presque 1 an.

La symptothermie, comment ça marche ?

La symptothermie est une méthode de contraception naturelle qui consiste à prendre sa température tous les matins au réveil et étudier chaque jour les caractéristiques de sa glaire cervicale (plus joliment nommée « élixir » par les praticiennes).

Ok ça peut sembler étrange dit comme ça, mais je vous assure que malgré la mauvaise pub que la plupart des médias nous en fait, la symptothermie n’est pas un truc fumeux de hippies à dreadslocks poussiéreuses, mais enfin une chance de se reconnecter à son corps :).

Pourquoi choisir la symptothermie ?

Ok elle nous vend le truc là…

…Mais la symptothermie doit bien présenter des inconvénients !?

Allez, parce que je suis ultra honnête je vais vous partager ce qui pour moi sont des inconvénients, mais c’est bien parce que c’est vous ! 😉

  • la méthode nécessite un peu de rigueur pour se surveiller, surtout bien au début. Par exemple moi j’oubliais au début systématiquement de prendre ma température au réveil, j’allais aux WC avant, je buvais un verre d’eau..malheur ! Tout était faussé !
  • au début j’ai clairement eu peur, pour la première fois il n’y avait pas ses sacro saintes hormones synthétiques pour m’éviter de me poser la moindre question, je me sentais comme l’équilibriste qui n’aurait plus son filet de sécurité…!
  •  cela nécessite un peu de patience et beaucoup de gratitude pour soi, car non, on devient rarement une experte en 1 cycle ou en 2, il faut donc se laisser du temps pour comprendre tous les mécanismes, c’est normal 🙂

Et en pratique, la symptothermie, par où commence-t-on ?

Vous aurez besoin de quelques petites choses :

Un thermomètre basal. Attention, il faut que le thermomètre basal ait une précision de 2 chiffres après la virgule. Je ne retrouve plus celui que j’avais acheté à l’époque sur Amazon alors je vous mets celui-ci (il suffit de cliquer sur l’image ci-dessous) qui est très bien également 🙂

Votre guide de symptothermie. Personnellement j’ai voulu acheter le guide de la Fondation Sympto Therm qui est à l’origine de cette méthode sur Amazon. Pour y avoir accès directement, il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous.

Vous pourrez y avoir également accès gratuitement en format PDF en allant directement sur le site 🙂

La Fondation a également réalisé un nouveau guide pour les débutantes !

L’application mobile ou le cyclogramme papier pour reporter les données. Aujourd’hui, je fais tout depuis l’appli mobile gratuite disponible sur Android ou sur Iphone. Pour celles qui n’ont confiance qu’aux papiers, vous avez également à disposition  sur le site de la Fondation Sympto Therm des cyclogrammes à imprimer gratuitement 😉

Voici à quoi ressemble un cyclogramme (mobile ou papier)

cyclogramme

– Et surtout…les amies symptothermiciennes ! Découvrez tout le réseau des symptothermiciennes sur leur groupe Facebook ! Il y a même un groupe Facebook entièrement dédié à la compréhension de son élixir (ouiiiii on est d’accord c’est ultra…intime et parfois peu ragoutant, mais vous découvrirez là-bas une communauté de filles adorables qui s’entraident avec douceur et patience 🙂 ).

Enfin, pour vous accompagner tout au long du processus en plus du guide et des groupes facebook, vous pouvez vous aider d’une conseillère formée par la Fondation.

 

Voilà, vous avez absolument toutes les clés en main pour commencer une nouvelle façon de vivre votre couple, et surtout d’aimer et de respecter votre corps 🙂

J’espère sincèrement que cet article vous aura aidé comme la symptothermie m’aide chaque jour à me reconnecter à mon corps et à mon couple.

Si c’est le cas n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire et à partager cet article à votre sœur, votre amie, votre cousine, votre collègue..bref, au maximum de femmes ! 😉

A très bientôt 🙂

Pourquoi vous devez ABSOLUMENT identifier vos valeurs !

Le voici, ENFIN, le moment que je me réservais pour vous partager avec amour LE SECRET qui conduit toute ma vie : la définition de mes valeurs. Dans cet article, vous apprendrez non seulement pourquoi il est absolument essentiel d’identifier vos valeurs pour votre vie de couple, mais aussi comment le faire.

A la fin de cet article, vous aurez défini et hiérarchisé vos valeurs et vous saurez comment les mettre en pratique. A la fin de cet article, vous ne serez déjà plus tout à fait la même, je vous le promets 😉

 

1. Pourquoi est-il primordial d’identifier vos valeurs ?

Comme le décrit très bien ce livre que j’adore Le pouvoir de la confiance en soi de Brian Tracy, la vie entière se vit de l’intérieur vers l’extérieur. Ainsi, votre monde extérieur reflètera votre monde intérieur, c’est-à-dire ce qui se passe à l’intérieur de vous. Et cette loi, appelée loi de la correspondance, est vraie pour chacun d’entre-nous sur Terre.

a. Définir vos valeurs augmentera votre confiance en vous

Ce qu’on observe ? C’est que les hommes et les femmes chez qui la confiance en soi est la plus solide mènent leur quotidien selon des valeurs qu’ils ont clairement défini. Tout ce qu’il disent ou font est en parfaite harmonie avec leurs convictions les plus profondes.

Le monde peut s’écrouler autour de vous, aussi longtemps que vous aurez l’assurance d’être en train de faire la bonne chose, vous éprouverez un calme profond qui se manifestera par une confiance en vous inébranlable.

Je n’ai jamais eu autant confiance en moi que lorsque j’ai agis en totale adéquation avec mes valeurs.

b. Définir vos valeurs vous permettra de clarifier vos pensées

En tant que fille, je sais trop bien comme nos pensées peuvent être fouillis, comme elles apparaissent et disparaissent sans ordre, se mélangent à nos émotions…et comme cela rend un problème sentimental extrêmement compliqué à démêler.

Quand j’ai commencé à définir et hiérarchiser clairement mes valeurs, j’ai senti comme un gros nuage gris dans ma tête qui s’évaporait, *Pouf *! 😀

Soudainement, mes idées étaient claires, je pouvais raisonner tranquillement en fonction de ces valeurs que j’avais définies, mon esprit était apaisé et disponible pour prendre la meilleure décision pour mon bonheur à venir.

C’est simple, je n’ai jamais eu autant les idées claires de toute ma vie que lorsque j’ai commencé à identifier et hiérarchiser mes valeurs !

c. Définir vos valeurs vous conduira vers des chemins heureux

Qu’est-ce qui nous rend malheureux ? Différentes choses, dont une qui se manifeste très souvent : ne pas avoir agi en fonction de ses valeurs. Comme j’en parle dans mon article « Cessez d’être gentille, soyez vraie », il n’y a rien de « mieux » pour passer un très mauvais moment que de ne pas agir en fonction de ses valeurs.

En revanche, une fois que j’avais défini mes valeurs, je pouvais m’en servir dès que j’avais un choix un peu délicat à faire, et je pouvais alors prendre la direction choisie en totale connaissance de cause, sans plus aucun regret.

Définir vos valeurs vous sera d’une immense aide pour vous permettre de prendre les meilleurs chemins pour votre bonheur.

heureusedanssatete

2. Comment identifier vos valeurs ?

Pour acquérir une grande confiance en soi, avoir les pensées claires et choisir le chemin le plus heureux, il faut commencer par bien réfléchir à ses valeurs et les identifier. Et ça, c’est vrai aussi bien dans votre couple que dans votre vie professionnelle ou familiale. Je ne connais pas de grand homme ou de grande femme sur Terre qui n’ai pas défini ses propres valeurs !

Et ça commence toujours de la même manière : par un crayon et une feuille de papier 🙂

Alors à vos crayons, prêt, partez !

a. Les questions à vous poser pour identifier vos valeurs

Qu’est-ce qui vous tient à cœur ? Plus encore, qu’est-ce que vous ne tolèrerez pas ?

Accordez-vous de la valeur à votre famille ? A votre Dieu ? A votre santé ? A votre travail ou à votre carrière ?

Accordez-vous du prix à des principes comme la liberté, la compassion envers les plus démunis et au « respect de la vie » ?

Croyez-vous à l’honnêteté, à la vérité, à la sincérité ?

Croyez-vous au travail acharné, à la réussite ?

b. Qui admirez-vous le plus ?

Remémorez-vous les hommes, les femmes, vivants ou morts, que vous admirez le plus. Pourquoi les admirez-vous ? Quelles sont les qualités chez ces personnes que vous considérez comme étant de la plus haute importance ? Si vous pouviez leur ressembler, lesquelles de leurs qualités voudriez-vous le plus imiter ?

Et dans votre vie quotidienne, quelles qualités recherchez-vous chez vos amis et votre conjoint ?

Selon vous, quelles qualités ou valeurs fondamentales sous-tendent les relations d’affaires et personnelles ?

c. Planifiez votre enterrement !

N’ayez crainte, il suffit ici d’imaginer vos propres funérailles (Qui a dit « glauque » ? ^^) :

Imaginez que toutes les personnes que vous connaissez et de qui vous vous souciez réellement (à qui vous accordez du crédit) se soient réunies pour votre enterrement pour vous rendre un dernier hommage. La personne qui officie le service leur lit votre éloge funèbre, dans lequel elle décrit la personne que vous êtes devenue au cours de votre vie. Elle décrit ce que vous avez accompli, la contribution que vous avez apportée à la vie d’autres personnes ou encore énumères les vertus, valeurs et qualités que les gens de votre entourage vous reconnaissaient. Maintenant écrivez cet éloge funèbre.

Vous me voyez venir ? 😉 En couchant sur le papier cet éloge, vous aurez une meilleure vision du genre de personne que vous désirez devenir et les valeurs auxquelles vous voulez adhérer.

Cet exercice influencera puissamment tout ce que vous ferez par la suite. Autant consciemment qu’inconsciemment, vous ressentirez de plus en plus l’envie de vivre et d’agir comme la personne que vous aurez décrite dans ce dernier testament.

Je l’ai d’ailleurs fait, et je confirme, ça marche !

=> Avec ces 3 exercices, vous devriez déjà avoir une belle liste de valeurs qui vous inspirent ! Maintenant, organisons-les ! 🙂

3. Hiérarchisez vos valeurs

Il vous reste maintenant à organiser vos valeurs en ordre de priorité, vous devez décider laquelle est la plus importante et laquelle l’est moins. Pourquoi les hiérarchiser ? Car cela vous aidera à faire vos futurs choix de la vie quotidienne du type : « mon conjoint me propose un repas en même temps que ma meilleure amie que je n’ai pas vue depuis longtemps, qui choisir ? ». La personne qui classe ses valeurs favorisera toujours la valeur occupant un rang élevé plutôt que celle occupant un rang inférieur sur l’échelle de ses priorités.

Attention ! Évidemment, cet ordre de priorité est théorique, il faut ensuite le remettre dans le contexte en fonction des besoins du moments, d’une situation particulière etc. Cet exercice vous guide à la prise de décision mais ne vient en aucun cas remplacer les autres facteurs qui vous sembleront bons à prendre en compte pour faire un choix.

Un petit jeu pour vous aider : imaginez (ou faites-le vraiment si ça vous aide) que chaque valeur est écrite sur un bout de papier différent. Si vous deviez jeter tous les papiers à l’exception d’un seul, lequel garderiez-vous ? C’est votre valeur que j’appelle « la plus haute », celle qui surpasse toutes les autres. Quelle serait votre deuxième valeur la plus importante ? La troisième ? La quatrième ? Et ainsi de suite.

Quelles sont mes 3 valeurs les plus hautes ?

1. la responsabilisation de soi, l’ambition de « se réaliser »

2. le courage de se lancer dans quelque chose

3. la sincérité

Viennent ensuite la santé, la justice et la famille 🙂

 

Une fois que vous avez hiérarchisé vos valeurs, je vous conseille de vous les noter dans un endroit en évidence, ou sur votre téléphone, pour que vous puissiez tomber dessus chaque jour. Maintenant que vous les avez classées par ordre d’importance, vous vous êtes créé une structure mentale et émotionnelle vous permettant de faire de meilleurs choix et de prendre de meilleures décisions dans votre couple mais aussi dans chaque sphère de votre vie 🙂

La clé du bonheur ?  Identifier vos valeurs, puis vivre en parfaite conformité avec elles. Cela m’amène au tout dernier point, peut être le plus important de tous :

Nos vraies valeurs ne s’expriment que dans nos actions, dans ce que nous faisons.

Qu’importe ce que vous dites, seule l’action vous indiquera à laquelle de vos valeurs vous accordez le plus d’importance, ou même si vous en avez. Ainsi, vos vraies valeurs se révèleront surtout en situation stressante ou vous vous sentez tirée dans deux directions à la fois, par des demandes et des responsabilités opposées.

La personne qui dit que son couple passe avant tout et qui ensuite, devant choisir entre travailler tard et se rendre à une activité sportive de son conjoint et qui choisit de faire passer les besoins de son conjoint avant les exigences de son patron vit en conformité avec ses valeurs prioritaires. A l’inverse, si vous compromettez vos valeurs pour une raison ou pour autre, vous vous sentez mal à l’aise, votre confiance en vous dégringole.

Comment faire si je n’ai pas encore ces valeurs en moi ?

fille-confianteVous pouvez tout à faire « agir comme si » ! Vous pouvez vous approprier un ensemble de valeurs en agissant comme si vous possédiez DÉJÀ ces valeurs. Plus vous « tiendrez ce rôle », (surtout si vous démontrez ces qualités dans un moment stressant), plus ces valeurs s’inscriront en vous et deviendront votre mode de pensée. Profitez de toutes les occasions qui se présentent à vous pour vivre en conformité avec vos valeurs prioritaires, et vous augmenterez significativement votre bonheur 🙂

 

J’espère sincèrement que cet article vous a aidé à identifier vos valeurs et que vous pourrez vous en servir pour embellir significativement votre vie 🙂 De mon côté je suis déjà plus heureuse qu’au début de cet article, car le simple fait de l’écrire m’a permis de réaliser mes 3 valeurs : en me responsabilisant à le faire au lieu de traîner devant la télé, en prenant le risque de vous parler de quelque chose qui me tient vraiment à cœur et enfin, en étant totalement sincère et transparente avec vous 🙂

Je vous ai partagé mes 3 valeurs les plus prioritaires, et vous, quelles sont les vôtres ? Indiquez-les moi en commentaire ! 🙂

Note: Pour écrire cet article, j’ai extrait des idées et morceaux de phrases du livre Le pouvoir de la confiance en soi, de Brian Tracy.

Comment dépasser la peur de l’abandon en amour

Aujourd’hui c’est un article un peu spécial que j’écris. Aujourd’hui, je veux écrire sur cette peur qui nous empêche d’être nous-même, et qui nous empêche de progresser : je veux parler de la peur de l’abandon en amour. Et surtout, comment la dépasser ?

Un jour j’ai lu un livre de Lise Bourbeau, « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » , qui révélait que l’on pouvait vérifier la chose suivante : il y aurait une tendance à ce que les personnes prenant particulièrement soin de leur corps et à l’allure athlétique (souvent des personnes sportives) constitueraient des personnes qui se seraient senties trahies dans leur vie à un moment où un autre.

Ainsi, ce besoin de se muscler, d’atteindre un objectif physique particulier correspondrait au besoin de maîtriser quelque chose, en « compensation » de ce qui nous a échappé avant. Je trouve cette théorie intéressante, surtout qu’elle se vérifie avec moi : c’est parce que je me suis sentie trahie à un moment de ma vie que je me suis lancée dans le sport « à corps perdu ».

Attention !  se sent tous trahis pour des choses totalement différentes et à des degrés différents. En ce qui me concerne et ma vision du couple quelque peu « idéalisée » (oui oui je vis dans le monde des bisounours parfois), le sentiment de trahison est apparu pour un fait somme toute très banal pour la plupart des personnes, certaines ne considérant même pas qu’il s’agit de trahison. Seulement c’est ce que moi je ressentais.

J’ai donc travaillé très dur pour arriver là où j’en suis maintenant, dans un corps qui me convient beaucoup mieux et dans lequel je me sens presque totalement parfaitement bien.

Jusque là, on pourrait se dire que tout va bien !

Ma peur de l’abandon en amour

Seulement voilà, je m’étais créée une peur, constante, par rapport à mon couple, qui m’empêchait de montrer mon potentiel.

homme stressé peur de l'abandon en amourAngoisse, stress, pleurs…autant de symptômes irraisonnés de la peur de perdre la relation que j’entretenais avec mon conjoint.

Bref, non seulement je devenais le type de fille que je ne souhaitais pas devenir, mais en plus je créais moi-même tout doucement la situation que je redoutais tant (!!!)

Aujourd’hui, après des mois de réflexion, d’améliorations puis de rechutes puis de recherches, j’écris pour toutes celles et ceux qui, comme moi, on cette peur de perdre l’autre quelqu’un qui leur est cher qui les empêche d’avancer dans la vie.

La peur, une illusion !

Voici ce que je pense avoir compris et que je souhaite partager avec vous :

De façon générale, la peur n’existe pas. La peur, résulte souvent d’un danger qui est lui réel, mais ne nous aide pas forcément à prendre les meilleurs décisions. La peur, c’est seulement quelque chose que nous créons. Dans l’ordre, nous commençons par avoir des idées négatives, puis nous décidons (si si !) souvent inconsciemment d’avoir peur de la réalisation de ces pensées.

Qu’est-ce que cela entraîne ?

Cela provoque une angoisse, cette fameuse boule dans le ventre qui nous bousille toute notre énergie. Et la prochaine fois que l’élément déclencheur réapparaitra, on devine l’issue négative de la situation : crise de jalousie illogique…

Un jour, quelqu’un de très sage a dit à peu près dans ces mots : « mettez ensemble le couple d’amoureux qui s’aime le plus sur terre. Proposez-leur de les attacher ensemble par une corde, de façon à ce qu’ils soient toujours reliés. Au début, ils seront très heureux de cette situation. Après quelques temps, ils se détesteront. »

Que conclure de cette petite histoire ?

Que l’Homme a besoin de se sentir libre de se chercher.

On m’a raconté une autre métaphore, assez amusante qui m’a bien parlé et que j’ai nommée : l’histoire du riz et des pâtes:

« Imagine que tu manges du riz, depuis des années. Tu adores ça, tu sais tout ce qu’il te procure, tout ce qu’il a de bon pour toi. Pourtant à un moment, même en adorant ça, tu n’en peux plus, tu veux essayer autre chose, juste pour changer. Et pourtant cela ne remet pas une seconde en question toutes les vertus du riz ! Mais c’est en allant manger des pâtes par exemple que tu vas comprendre que:

-soit les pâtes représentent ce dont tu as besoin à partir de maintenant pour ton bien-être, ton évolution,

-soit qu’elles t’apportent quelque chose de bon mais que tu as envie de tester encore autre chose ou de revenir sur le riz

-soit qu’elles ne t’apportent pas tant de choses que ça et tu vas tester autre chose, ou revenir sur le riz dont tu connais les vertus. »

On l’aura compris : « manger du riz » c’est avoir une relation avec une personne A et les pâtes c’est une personne B, relation qui peut être de nature très variée : discuter, regarder l’autre ou plus. Encore une fois, il n’y a pas de « norme » à l’Humain dans sa façon de tester différentes expériences.

Aussi difficile que cela puisse paraître, j’entrevois maintenant l’importance de laisser une entière liberté à son conjoint dans le couple (ou son ami !) dans la mesure où cela est fait en toute sincérité et respect. Importance pour le bien-être du couple, et pour nous-même, qui n’avons plus peur et pouvons enfin exprimer notre potentiel !

Un jour, on m’a demandé: pourquoi as-tu peur de perdre cette relation avec ton conjoint ?

Automatiquement je réponds: parce que je perdrai beaucoup de choses, de moments, qui me rendent heureuse !

On me demande: Si vous vous séparez, c’est que vous aviez déjà perdu cette relation. En revanche, il y a autre chose, d’essentiel, que tu oublies. Quel est ton objectif dans la vie Géraldine ?

Je me précipite de répondre: Mon objectif ? Pouvoir réaliser le potentiel que j’ai en moi, devenir la meilleure personne possible !

Alors tu n’as rien perdu. Tout ce que tu as vécu avec cette personne, les expériences apprises, tout est en toi, à vie. Toi, tu mènes la barre d’un beau bateau, tu veux devenir meilleure ? Alors trouve la personne qui t’apportera ce dont tu as besoin pour exprimer le potentiel qui est en toi. Remercie la relation bienheureuse que tu as eu avec cette personne et souviens-toi de ce que tu devras faire mieux encore pour la prochaine fois.

En fait, c’est plus que ça : non seulement je n’ai rien perdu, mais en plus, j’aurai gagné. Gagné l’occasion de rediriger la barre de mon bateau vers quelque chose d’encore mieux.

Finalement, c’est comme lorsqu’on est malade.

Pourquoi sommes-nous malade ? Nous sommes malade parce que nous avons vraiment déconné avec le repas de la veille, nous n’avons pas fait assez attention à nous couvrir, bref, nous en sommes entièrement responsable. Que nous dit la maladie ? Elle nous dit que nous avons perdu la santé. Sommes-nous triste lorsque nous sommes malade ? Pire, avons-nous constamment peur d’être malade, donc de perdre la santé ? Non.

On réalise qu’on a merdé, et on remercie notre corps de nous en avertir.

Oui j’insiste : on se remercie d’être malade !!!

Pourquoi ?

Parce que si mon corps ne m’avait pas lancé le signal d’alerte au moment du rhume, qu’il n’avait rien dit..où serais-je allée comme ça… à quelque chose de bien plus grave de toute évidence !

Nos relations (amicales, amoureuses…) devraient fonctionner ainsi : remercions l’autre de nous dire quand cela ne va plus, quand nous avons déjà perdu une relation que nous aimions avec elle. Et prenons conscience de notre responsabilité avec sérénité dans cette perte de relation, afin d’éviter de » tomber malade » la prochaine fois.

Et pourtant, on sait bien que dans notre vie on retombera malade.

C’est la même chose avec nos relations.

Croire que l’on peut vivre une relation toute notre vie sans qu’il n’y ai jamais de crise, de « maladie », c’est être dans la pire des erreurs, qui ne débouchera qu’à de l’incompréhension et de la douleur.

En conclusion, comment dépasser la peur de l’abandon en amour ?

Nous pouvons choisir de ne plus avoir peur, conscients que la peur n’a jamais évité le danger voire ici peut le provoquer. En plus il parait que les hommes sont attirés par les femmes qui émanent de la confiance, alors c’est double bonus : on n’a plus peur et on est plus attrayantes !

Comprenons ensemble que nous sommes bien celui qui dirige la barre de son propre bateau, et que notre objectif n’est pas tant de rester toute notre vie avec la même personne si la relation n’est pas satisfaisante, mais de chercher la personne qui nous permettra au mieux d’exprimer notre potentiel.

Soyons conscients que dans nos relations il y aura forcément des périodes de « maladies ». Nous pourrons accueillir ces périodes avec sérénité, en apprenant de nos erreurs qui ont entraîné la perte de relation et en accompagnant avec sincérité et bienveillance l’autre autant dans son éloignement à nous que dans son rapprochement.

heureuse dans sa tete et dans son couple

Cet article, je l’écris pour vous et aussi pour moi, pour que nous progressions ensemble. Car je sais que me concernant j’ai encore du chemin à parcourir, mais je commence à entrevoir le drapeau de l’arrivée 🙂

Cet article vous a parlé ? Vous vivez la même chose ? Alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je répondrai à chacune d’entre vous !!!

Ce Corps est votre Meilleur Ami

* SEXE *

 

… Ok, maintenant que j’ai toute votre attention, nous pouvons entrer dans le vif du sujet, quelque chose de tout à fait étonnant, que je souhaitais vous partager : Ce corps est votre meilleur ami

Je vous vois déjà vous dire « Ah là revoilà avec son délire hippie celle-là… » et pourtant, si cette notion était plus présente dans nos esprits, je pense que nous nous porterions tous beaucoup mieux. Et c’est pourquoi aujourd’hui je voudrais vous partager une découverte que j’ai faite, suite à des lectures et des expériences personnelles, afin de vous permettre à vous aussi, de vous réconcilier avec votre corps, votre meilleur ami.

Ce corps est votre meilleur ami et pourtant… incompris !

Depuis toutes petites, on nous taraude avec l’idée que nos organismes sont là pour nous embêter : écoulement du nez, fièvre, vomissements, maux de ventre, de gorge…

Et puis arrivées à l’adolescence en général, on se retrouve avec ce corps, qui laisse apparaître des choses dont nous nous passerions volontiers : des hanches étranges, des fesses molles, des poils, des cheveux trop gras, trop secs… Bref, il y a toujours quelque chose qui ne va pas.

Avec le temps, j’avais tout simplement « appris » à ne pas aimer mon corps : je détestais ces yeux que je trouvais trop sombres, ces crises de toux monstrueuses que j’avais chaque hiver, mes problèmes de circulation de sang, ce gras des hanches qui ne voulait pas partir malgré tous mes efforts… Bref, j’avais un œil extrêmement critique sur moi-même.

Ce n’est pas bien étonnant ! Dans notre société, nous avons  un regard critique sur tout, notre famille, nos voisins, leur façon de s’habiller, de s’exprimer, de manger, de prier…

Donc après tout, pourquoi ne pourrions-nous pas être en colère contre ce corps qui nous fait des rhumes à répétition ou qui ne correspond pas à nos critères de beauté ?

Tout simplement parce que notre corps se bat pour nous. Tous les jours. A chaque heure, chaque minute, chaque seconde, des milliers de mécanismes ont lieu pour nous aider à vivre.

Imaginez, depuis même avant votre naissance, votre cœur bat, pour vous.

Des milliards de cellules naissent et se jettent corps et âmes pour faire de nous les meilleurs êtres possibles : bien respirer, bien manger, bien dormir, bien réfléchir, être en bonne santé, être heureux…

femme forte

Ce corps est votre meilleur ami…et il vous rend malade ?!

Je vais vous demander de mettre tous vos a priori au placard un instant et d’imaginer cela : la maladie EST une excellente nouvelle de rétablissement.

Hein, alors malade comme un chien au fond du lit et ça serait une bonne nouvelle maintenant ?

La maladie est le signe évident que votre organisme est en train de mettre toutes les forces dont il dispose pour vous aider à guérir.

femme malade friendsVotre nez coule ? Vous éternuez ? Vous avez des boutons, les cheveux gras, des mycoses, des verrues (je m’arrête là) …? Bravo, c’est que votre corps ne vous a pas abandonné et qu’il lutte pour faire sortir ou éliminer au maximum toutes les toxines qu’il peut, et ce de différentes façons.

Sauf qu’aujourd’hui la mentalité la plus courante est la suivante : nez qui coule ? Ok je prends le médicament X pour empêcher ce désagrément.

Et le problème, c’est qu’on a tendance à réagir ainsi pour tous nos problèmes physiques. Sauf qu’en faisant cela, nous empêchons notre corps de s’exprimer et d’éliminer tout ce qui est mauvais dans notre organisme.

Et alors, que fait notre corps pour s’exprimer ?

Soit il passe par une autre voie (j’imagine bien mon organisme me dire « ok elle m’a eu avec le nez, je vais lui balancer le mal de gorge du siècle muhahah ») car le pauvre, nous le privons de parole, il cherche donc une autre façon pour s’exprimer !

Soit il se tait car nous avons bien bouché tous les émonctoires possibles (lieux d’élimination) et ne pouvant faire mieux il stocke… stocke… stocke… Pour plus tard… donnant naissance à des maladies hautement plus graves : cancers, maladies d’Alzeihmer, maladies de Parkinson…

La conclusion ?

Écoutons ce que notre corps a à dire, et aidons-le, tout de suite ! Selon les symptômes, plusieurs techniques naturelles et très efficaces existent : huiles essentielles d’eucalyptus (répondant au doux nom d’eucalyptus globulus) pour les maux de gorge, ail pour les mycoses…et la cause du problème est très souvent la même : notre alimentation. Il est donc essentiel dans ces moments de maladie de porter une attention plus importante à une alimentation saine et mieux, pour permettre à son corps de faire le « grand nettoyage », s’octroyer 1 ou 2 petites journées de jeûne. La cause de notre maladie peut être également d’origine psychologique (un stress constant dans notre quotidien par exemple) ou environnementale (comme fumer, boire de l’alcool, dormir peu)… Il est donc essentiel de bien prêter attention à tout ce que nous faisons dans notre quotidien.

Et plus encore que de l’écouter, apprenons à aimer ce corps qui donne à chaque instant tout son possible pour que nous puissions simplement vivre et être heureux

De toutes les relations que vous aurez dans votre vie (professionnelles, amicales, amoureuses), vous pouvez être sûres qu’au moins une vous suivra jusqu’au bout : votre relation avec votre corps.

Aujourd’hui est le meilleur moment pour commencer à construire la meilleure relation d’écoute et d’amour avec votre meilleur ami : votre corps

femme yoga

Pour cela, je vous recommande chaudement mon article dans lequel je vous confie que…je me dis des mots doux à moi-même !!

Si cet article vous a plu et que vous pensez qu’il pourrait aider quelqu’un autour de vous, je vous invite à le partager massivement afin que de nouvelles personnes prennent conscience de la chance qu’elles ont d’avoir un corps, si parfait et si adapté à elles

Et n’oubliez pas : ce corps est votre meilleur ami !

 

Découvrez la version vidéo !

Ces 3 actions par jour pour être plus heureuse dans sa tête

Comment être plus heureuse dans sa tête ? Comment bien démarrer la journée, même s’il pleut, même si on n’a pas forcément bien dormi ou même si on se réveille en sursaut encore ébouriffée et les yeux endormis pour aller nourrir son –adorable- chat qui crie famine ?

Bref, comment être plus heureuse au quotidien ?

Nous sommes toutes d’accord sur le fait que notre environnement va influencer notre humeur, et qu’il est fort probable que se réveiller au doux chant des marteaux-piqueurs dans la rue (c’est du vécu) n’est pas forcément des plus plaisants et augmente la probabilité d’être ronchon toute la journée.

Mais ce n’est pas une fatalité, loin de là !

Car :

« La vie, c’est 10% ce que vous en faites et 90% votre façon de la prendre. » Irwin Berlin

La sonnette d’alarme ? Elle a sonné quand j’ai réalisé que je commençais mes journées en râlant, à ruminer des idées noires dans les transports en commun sur mon quotidien inintéressant et que de toute façon « je serais bien mieux ailleurs qu’ici ». Là, je me suis dit « Stop, tu ne peux plus continuer ainsi ».

J’ai voulu à prendre un peu mon bonheur en main et à décider que quoi qu’il se passerait dans mes journées, je ferai au grand minimum une de ces 3 choses dans la journée et ce chaque jour, pour prendre soin de moi. Moi qui pensait que le bonheur reposait sur le fait de se tenir occupée en courant partout, j’ai compris que je pouvais cesser de faire, et être davantage.

Bref, j’ai compris qu’il devenait urgent…de prendre du temps !

1/ Méditer (10 min)

« Oh non, encore une qui va nous dire de faire la position du lotus et de chanter des « ahouuuum » pour aller mieux, alors que moi j’ai déjà du mal à tenir en tailleur les yeux fermés plus de 5 min… »

Pas de panique, on n’est pas obligé de prendre la « posture du vieux lémurien », (moi-même étant aussi souple qu’un balai) ni de méditer sur de grandes idées mystiques pour être plus heureuse dans sa tête ! 😉

Pour moi, simple néophyte de la méditation, méditer c’est avant tout prendre le temps de s’arrêter. S’arrêter de courir partout, s’arrêter s’agiter et à chercher le bonheur à Tombouctou.

Et dans la pratique ?

Je médite le matin avant de partir au travail, je m’assois sur le bord du lit ou sur ma chaise. Je ferme les yeux et je prends 5 à 10 min juste pour lâcher prise, pour me concentrer sur mon inspiration et mon expiration. J’essaye de ralentir ma respiration avec de longues inspirations et expirations, en imaginant simplement l’air qui entre et qui emplit mon nez, mes poumons, qui va oxygéner tout mon corps, puis l’air qui sort, avec lui les éventuelles tensions et toxines.

Je fais ça plusieurs fois, ce qui me permet de me détendre. Puis je prends quelques minutes pour laisser passer toutes mes pensées sans aucun jugement, comme si j’étais en dehors de mon corps et que j’observais quelqu’un. Certains matins j’observe que cette « personne » ne se sent pas bien dans son corps pour diverses raisons, et comme un médecin prend note des problèmes de son patient, je le note, de façon objective, sans porter de jugement dessus. Cela ma permet de trier ce qui va, ce qui ne va pas. Je me « note » littéralement dans ma tête « hum d’accord, je me sens mal par rapport à cette situation d’hier que je ne souhaitais pas ainsi » et là deux possibilités : soit j’ai le temps de creuser le problème comme un psy, un médecin poserait des questions à son patient, toujours avec détachement, soit je n’ai ni le temps ni la force mentale dans l’immédiat pour surpasser ça et je me dit « ok, je note le pb dans un coin, et je prendrai un temps pour y réfléchir posément et y trouver une bonne solution ».

Or, quand on identifie clairement ce qui ne va pas, on a déjà fait un long chemin pour aller mieux ! Mais ça c’est une autre histoire 😉

A ce sujet, connaissez-vous l’appli mobile petit bambou ? Je l’utilise pour me guider dans mes méditations 🙂

Pour moi, plus qu’une méditation, ce moment est un véritable « check-up » de mon état-d’âme, un petit bilan nécessaire pour démarrer la journée plus posément, plus détendue et plus heureuse dans sa tête. 🙂

2/ Faire du sport (30 min)

Okkkk on est d’accord, on a toutes eu au moins une fois cette idée « oh, si je me mets tranquillement dans mon canapé devant la télé ça va me rendre aussi heureuse hein ». Sauf que si votre objectif est de vous sentir mieux dans votre peau, et donc dans votre corps, vous savez intimement que ce n’est pas en se vautrant dans le canapé que ça fonctionnera. Et votre conscience, elle, le sait bien ! Et même si vous arrivez à vous mentir une ou deux fois vous ne pourrez éteindre cette petite voix dans votre tête qui vous dit que faire un peu de sport est la solution !

Pour cela, trouvez la formule qui VOUS correspond : du sport le matin au lever, sur la pause du midi ou plutôt le soir ? Quel type de sport ?

Et dans la pratique ?

Depuis que je fais au moins 3 séances de sports le matin/midi par semaine, je me sens beaucoup mieux dans mon corps car c’est un bon moyen de le tonifier. De plus, l’activité sportive entraîne la libération d’hormones « endorphines » en grande quantité. Ces neurotransmetteurs sont de puissants anti-douleurs et procurent plaisir et euphorie. Pour cela il faut maintenir l’effort pendant une trentaine de minutes. On ne va pas se mentir, on peut toutes trouver 30 min de libre de temps en temps dans notre semaine ;)

Et franchement, quand on peut faire du bien à sa tête en faisant tout en faisant du bien à son corps, pourquoi s’en priver ?

En résumé, faire du sport nous permet de nous rendre plus heureuse dans sa tête par la simple sécrétion des endorphines mais aussi par le fait que l’on se rapproche peut-être d’un objectif de silhouette voulu depuis longtemps, parce que l’on est sortie de sa zone de confort tout en faisant du bien à notre organisme.

3/ Se dire des mots doux…à soi-même ! (15 min)

Oui oui, vous avez bien lu, cette dernière astuce consiste à…se dire des mots doux à soi-même !

Soyons honnête, il y a de quoi être sceptique sur certaines techniques new-age qui se résument souvent à se dire « je m’aime » dans le miroir tous les matins, et ce même si on ne serait pas prêt à parier un copec dessus. C’est simple, j’en suis intimement convaincue, on ne peut pas se mentir à soi-même, et si on n’est pas heureuse dans sa tête par exemple parce que l’on n’est pas fière de soi, difficile de se crier « je m’aimeuuuh ! Je suis la meilleure ! ».

Et pourtant ce que je vous propose là y ressemble, mais à quelques nuances –importantes- près.

Et dans la pratique ?

Avec tout le mal que vous pouvez vous faire par des pensées négatives (et ô combien nous sommes douées pour ça, les filles), vous ne pouvez nier que si vous êtes toujours là, vivantes, c’est qu’au fond, vous avez de l’espoir pour votre futur. Si vous y réfléchissez bien, que vous prenez le temps d’en prendre conscience avant de se l’affirmer, vous réaliserez que vous avez beau être un peu négative ou carrément dépressive, si on vous suspendait du haut d’une falaise à bout de bras, vous n’auriez pas envie de lâcher, mais de remonter sur la terre ferme !

Je prends donc environ 15min, dans les transports en commun par exemple, pour réfléchir à cette idée, pour commencer à en prendre conscience, profondément.

Il faut commencer, étape par étape, par observer ce qu’on aime chez soit de plus évident, ce dont on est fière, ce qu’on aime dans notre vie.

Pour réaliser cet exercice, 2 livres ont radicalement changé ma perception du monde et de ma confiance en moi, 2 lectures que je recommande à tout le monde : « Love Yourself, like your life depends on it » de Kamal Raviktant et « Le pouvoir de la confiance en soi » de Brian Tracy. Pour en savoir plus sur ces livres (je ferai un article/vidéo sur chacun d’eux de toute façon !), cliquez directement sur les images 🙂

 

 

A vous de jouer !

Alors, laquelle de ces 3 actions à effectuer chaque jour pour être plus heureuse dans sa tête avez-vous préférée ? Laquelle seriez-vous prête à réaliser, facilement ?

Que pourriez-vous faire, là tout de suite ou au pire dans cette journée, parmi ces 3 actions, qui vous aiderait à vous sentir plus heureuse ? Si vous le pouvez faites-la tout de suite, tant que la motivation est à son maximum, et au pire, engagez-vous solennellement à la réaliser dans la journée ! 🙂

 

Découvrez la version vidéo de cet article !