Pourquoi vous devez ABSOLUMENT identifier vos valeurs !

Le voici, ENFIN, le moment que je me réservais pour vous partager avec amour LE SECRET qui conduit toute ma vie : la définition de mes valeurs. Dans cet article, vous apprendrez non seulement pourquoi il est absolument essentiel d’identifier vos valeurs pour votre vie de couple, mais aussi comment le faire.

A la fin de cet article, vous aurez défini et hiérarchisé vos valeurs et vous saurez comment les mettre en pratique. A la fin de cet article, vous ne serez déjà plus tout à fait la même, je vous le promets 😉

 

1. Pourquoi est-il primordial d’identifier vos valeurs ?

Comme le décrit très bien ce livre que j’adore Le pouvoir de la confiance en soi de Brian Tracy, la vie entière se vit de l’intérieur vers l’extérieur. Ainsi, votre monde extérieur reflètera votre monde intérieur, c’est-à-dire ce qui se passe à l’intérieur de vous. Et cette loi, appelée loi de la correspondance, est vraie pour chacun d’entre-nous sur Terre.

a. Définir vos valeurs augmentera votre confiance en vous

Ce qu’on observe ? C’est que les hommes et les femmes chez qui la confiance en soi est la plus solide mènent leur quotidien selon des valeurs qu’ils ont clairement défini. Tout ce qu’il disent ou font est en parfaite harmonie avec leurs convictions les plus profondes.

Le monde peut s’écrouler autour de vous, aussi longtemps que vous aurez l’assurance d’être en train de faire la bonne chose, vous éprouverez un calme profond qui se manifestera par une confiance en vous inébranlable.

Je n’ai jamais eu autant confiance en moi que lorsque j’ai agis en totale adéquation avec mes valeurs.

b. Définir vos valeurs vous permettra de clarifier vos pensées

En tant que fille, je sais trop bien comme nos pensées peuvent être fouillis, comme elles apparaissent et disparaissent sans ordre, se mélangent à nos émotions…et comme cela rend un problème sentimental extrêmement compliqué à démêler.

Quand j’ai commencé à définir et hiérarchiser clairement mes valeurs, j’ai senti comme un gros nuage gris dans ma tête qui s’évaporait, *Pouf *! 😀

Soudainement, mes idées étaient claires, je pouvais raisonner tranquillement en fonction de ces valeurs que j’avais définies, mon esprit était apaisé et disponible pour prendre la meilleure décision pour mon bonheur à venir.

C’est simple, je n’ai jamais eu autant les idées claires de toute ma vie que lorsque j’ai commencé à identifier et hiérarchiser mes valeurs !

c. Définir vos valeurs vous conduira vers des chemins heureux

Qu’est-ce qui nous rend malheureux ? Différentes choses, dont une qui se manifeste très souvent : ne pas avoir agi en fonction de ses valeurs. Comme j’en parle dans mon article « Cessez d’être gentille, soyez vraie », il n’y a rien de « mieux » pour passer un très mauvais moment que de ne pas agir en fonction de ses valeurs.

En revanche, une fois que j’avais défini mes valeurs, je pouvais m’en servir dès que j’avais un choix un peu délicat à faire, et je pouvais alors prendre la direction choisie en totale connaissance de cause, sans plus aucun regret.

Définir vos valeurs vous sera d’une immense aide pour vous permettre de prendre les meilleurs chemins pour votre bonheur.

heureusedanssatete

2. Comment identifier vos valeurs ?

Pour acquérir une grande confiance en soi, avoir les pensées claires et choisir le chemin le plus heureux, il faut commencer par bien réfléchir à ses valeurs et les identifier. Et ça, c’est vrai aussi bien dans votre couple que dans votre vie professionnelle ou familiale. Je ne connais pas de grand homme ou de grande femme sur Terre qui n’ai pas défini ses propres valeurs !

Et ça commence toujours de la même manière : par un crayon et une feuille de papier 🙂

Alors à vos crayons, prêt, partez !

a. Les questions à vous poser pour identifier vos valeurs

Qu’est-ce qui vous tient à cœur ? Plus encore, qu’est-ce que vous ne tolèrerez pas ?

Accordez-vous de la valeur à votre famille ? A votre Dieu ? A votre santé ? A votre travail ou à votre carrière ?

Accordez-vous du prix à des principes comme la liberté, la compassion envers les plus démunis et au « respect de la vie » ?

Croyez-vous à l’honnêteté, à la vérité, à la sincérité ?

Croyez-vous au travail acharné, à la réussite ?

b. Qui admirez-vous le plus ?

Remémorez-vous les hommes, les femmes, vivants ou morts, que vous admirez le plus. Pourquoi les admirez-vous ? Quelles sont les qualités chez ces personnes que vous considérez comme étant de la plus haute importance ? Si vous pouviez leur ressembler, lesquelles de leurs qualités voudriez-vous le plus imiter ?

Et dans votre vie quotidienne, quelles qualités recherchez-vous chez vos amis et votre conjoint ?

Selon vous, quelles qualités ou valeurs fondamentales sous-tendent les relations d’affaires et personnelles ?

c. Planifiez votre enterrement !

N’ayez crainte, il suffit ici d’imaginer vos propres funérailles (Qui a dit « glauque » ? ^^) :

Imaginez que toutes les personnes que vous connaissez et de qui vous vous souciez réellement (à qui vous accordez du crédit) se soient réunies pour votre enterrement pour vous rendre un dernier hommage. La personne qui officie le service leur lit votre éloge funèbre, dans lequel elle décrit la personne que vous êtes devenue au cours de votre vie. Elle décrit ce que vous avez accompli, la contribution que vous avez apportée à la vie d’autres personnes ou encore énumères les vertus, valeurs et qualités que les gens de votre entourage vous reconnaissaient. Maintenant écrivez cet éloge funèbre.

Vous me voyez venir ? 😉 En couchant sur le papier cet éloge, vous aurez une meilleure vision du genre de personne que vous désirez devenir et les valeurs auxquelles vous voulez adhérer.

Cet exercice influencera puissamment tout ce que vous ferez par la suite. Autant consciemment qu’inconsciemment, vous ressentirez de plus en plus l’envie de vivre et d’agir comme la personne que vous aurez décrite dans ce dernier testament.

Je l’ai d’ailleurs fait, et je confirme, ça marche !

=> Avec ces 3 exercices, vous devriez déjà avoir une belle liste de valeurs qui vous inspirent ! Maintenant, organisons-les ! 🙂

3. Hiérarchisez vos valeurs

Il vous reste maintenant à organiser vos valeurs en ordre de priorité, vous devez décider laquelle est la plus importante et laquelle l’est moins. Pourquoi les hiérarchiser ? Car cela vous aidera à faire vos futurs choix de la vie quotidienne du type : « mon conjoint me propose un repas en même temps que ma meilleure amie que je n’ai pas vue depuis longtemps, qui choisir ? ». La personne qui classe ses valeurs favorisera toujours la valeur occupant un rang élevé plutôt que celle occupant un rang inférieur sur l’échelle de ses priorités.

Attention ! Évidemment, cet ordre de priorité est théorique, il faut ensuite le remettre dans le contexte en fonction des besoins du moments, d’une situation particulière etc. Cet exercice vous guide à la prise de décision mais ne vient en aucun cas remplacer les autres facteurs qui vous sembleront bons à prendre en compte pour faire un choix.

Un petit jeu pour vous aider : imaginez (ou faites-le vraiment si ça vous aide) que chaque valeur est écrite sur un bout de papier différent. Si vous deviez jeter tous les papiers à l’exception d’un seul, lequel garderiez-vous ? C’est votre valeur que j’appelle « la plus haute », celle qui surpasse toutes les autres. Quelle serait votre deuxième valeur la plus importante ? La troisième ? La quatrième ? Et ainsi de suite.

Quelles sont mes 3 valeurs les plus hautes ?

1. la responsabilisation de soi, l’ambition de « se réaliser »

2. le courage de se lancer dans quelque chose

3. la sincérité

Viennent ensuite la santé, la justice et la famille 🙂

 

Une fois que vous avez hiérarchisé vos valeurs, je vous conseille de vous les noter dans un endroit en évidence, ou sur votre téléphone, pour que vous puissiez tomber dessus chaque jour. Maintenant que vous les avez classées par ordre d’importance, vous vous êtes créé une structure mentale et émotionnelle vous permettant de faire de meilleurs choix et de prendre de meilleures décisions dans votre couple mais aussi dans chaque sphère de votre vie 🙂

La clé du bonheur ?  Identifier vos valeurs, puis vivre en parfaite conformité avec elles. Cela m’amène au tout dernier point, peut être le plus important de tous :

Nos vraies valeurs ne s’expriment que dans nos actions, dans ce que nous faisons.

Qu’importe ce que vous dites, seule l’action vous indiquera à laquelle de vos valeurs vous accordez le plus d’importance, ou même si vous en avez. Ainsi, vos vraies valeurs se révèleront surtout en situation stressante ou vous vous sentez tirée dans deux directions à la fois, par des demandes et des responsabilités opposées.

La personne qui dit que son couple passe avant tout et qui ensuite, devant choisir entre travailler tard et se rendre à une activité sportive de son conjoint et qui choisit de faire passer les besoins de son conjoint avant les exigences de son patron vit en conformité avec ses valeurs prioritaires. A l’inverse, si vous compromettez vos valeurs pour une raison ou pour autre, vous vous sentez mal à l’aise, votre confiance en vous dégringole.

Comment faire si je n’ai pas encore ces valeurs en moi ?

fille-confianteVous pouvez tout à faire « agir comme si » ! Vous pouvez vous approprier un ensemble de valeurs en agissant comme si vous possédiez DÉJÀ ces valeurs. Plus vous « tiendrez ce rôle », (surtout si vous démontrez ces qualités dans un moment stressant), plus ces valeurs s’inscriront en vous et deviendront votre mode de pensée. Profitez de toutes les occasions qui se présentent à vous pour vivre en conformité avec vos valeurs prioritaires, et vous augmenterez significativement votre bonheur 🙂

 

J’espère sincèrement que cet article vous a aidé à identifier vos valeurs et que vous pourrez vous en servir pour embellir significativement votre vie 🙂 De mon côté je suis déjà plus heureuse qu’au début de cet article, car le simple fait de l’écrire m’a permis de réaliser mes 3 valeurs : en me responsabilisant à le faire au lieu de traîner devant la télé, en prenant le risque de vous parler de quelque chose qui me tient vraiment à cœur et enfin, en étant totalement sincère et transparente avec vous 🙂

Je vous ai partagé mes 3 valeurs les plus prioritaires, et vous, quelles sont les vôtres ? Indiquez-les moi en commentaire ! 🙂

Note: Pour écrire cet article, j’ai extrait des idées et morceaux de phrases du livre Le pouvoir de la confiance en soi, de Brian Tracy.

Comment dépasser la peur de l’abandon en amour

Aujourd’hui c’est un article un peu spécial que j’écris. Aujourd’hui, je veux écrire sur cette peur qui nous empêche d’être nous-même, et qui nous empêche de progresser : je veux parler de la peur de l’abandon en amour. Et surtout, comment la dépasser ?

Un jour j’ai lu un livre de Lise Bourbeau, « Les 5 blessures qui empêchent d’être soi-même » , qui révélait que l’on pouvait vérifier la chose suivante : il y aurait une tendance à ce que les personnes prenant particulièrement soin de leur corps et à l’allure athlétique (souvent des personnes sportives) constitueraient des personnes qui se seraient senties trahies dans leur vie à un moment où un autre.

Ainsi, ce besoin de se muscler, d’atteindre un objectif physique particulier correspondrait au besoin de maîtriser quelque chose, en « compensation » de ce qui nous a échappé avant. Je trouve cette théorie intéressante, surtout qu’elle se vérifie avec moi : c’est parce que je me suis sentie trahie à un moment de ma vie que je me suis lancée dans le sport « à corps perdu ».

Attention !  se sent tous trahis pour des choses totalement différentes et à des degrés différents. En ce qui me concerne et ma vision du couple quelque peu « idéalisée » (oui oui je vis dans le monde des bisounours parfois), le sentiment de trahison est apparu pour un fait somme toute très banal pour la plupart des personnes, certaines ne considérant même pas qu’il s’agit de trahison. Seulement c’est ce que moi je ressentais.

J’ai donc travaillé très dur pour arriver là où j’en suis maintenant, dans un corps qui me convient beaucoup mieux et dans lequel je me sens presque totalement parfaitement bien.

Jusque là, on pourrait se dire que tout va bien !

Ma peur de l’abandon en amour

Seulement voilà, je m’étais créée une peur, constante, par rapport à mon couple, qui m’empêchait de montrer mon potentiel.

homme stressé peur de l'abandon en amourAngoisse, stress, pleurs…autant de symptômes irraisonnés de la peur de perdre la relation que j’entretenais avec mon conjoint.

Bref, non seulement je devenais le type de fille que je ne souhaitais pas devenir, mais en plus je créais moi-même tout doucement la situation que je redoutais tant (!!!)

Aujourd’hui, après des mois de réflexion, d’améliorations puis de rechutes puis de recherches, j’écris pour toutes celles et ceux qui, comme moi, on cette peur de perdre l’autre quelqu’un qui leur est cher qui les empêche d’avancer dans la vie.

La peur, une illusion !

Voici ce que je pense avoir compris et que je souhaite partager avec vous :

De façon générale, la peur n’existe pas. La peur, résulte souvent d’un danger qui est lui réel, mais ne nous aide pas forcément à prendre les meilleurs décisions. La peur, c’est seulement quelque chose que nous créons. Dans l’ordre, nous commençons par avoir des idées négatives, puis nous décidons (si si !) souvent inconsciemment d’avoir peur de la réalisation de ces pensées.

Qu’est-ce que cela entraîne ?

Cela provoque une angoisse, cette fameuse boule dans le ventre qui nous bousille toute notre énergie. Et la prochaine fois que l’élément déclencheur réapparaitra, on devine l’issue négative de la situation : crise de jalousie illogique…

Un jour, quelqu’un de très sage a dit à peu près dans ces mots : « mettez ensemble le couple d’amoureux qui s’aime le plus sur terre. Proposez-leur de les attacher ensemble par une corde, de façon à ce qu’ils soient toujours reliés. Au début, ils seront très heureux de cette situation. Après quelques temps, ils se détesteront. »

Que conclure de cette petite histoire ?

Que l’Homme a besoin de se sentir libre de se chercher.

On m’a raconté une autre métaphore, assez amusante qui m’a bien parlé et que j’ai nommée : l’histoire du riz et des pâtes:

« Imagine que tu manges du riz, depuis des années. Tu adores ça, tu sais tout ce qu’il te procure, tout ce qu’il a de bon pour toi. Pourtant à un moment, même en adorant ça, tu n’en peux plus, tu veux essayer autre chose, juste pour changer. Et pourtant cela ne remet pas une seconde en question toutes les vertus du riz ! Mais c’est en allant manger des pâtes par exemple que tu vas comprendre que:

-soit les pâtes représentent ce dont tu as besoin à partir de maintenant pour ton bien-être, ton évolution,

-soit qu’elles t’apportent quelque chose de bon mais que tu as envie de tester encore autre chose ou de revenir sur le riz

-soit qu’elles ne t’apportent pas tant de choses que ça et tu vas tester autre chose, ou revenir sur le riz dont tu connais les vertus. »

On l’aura compris : « manger du riz » c’est avoir une relation avec une personne A et les pâtes c’est une personne B, relation qui peut être de nature très variée : discuter, regarder l’autre ou plus. Encore une fois, il n’y a pas de « norme » à l’Humain dans sa façon de tester différentes expériences.

Aussi difficile que cela puisse paraître, j’entrevois maintenant l’importance de laisser une entière liberté à son conjoint dans le couple (ou son ami !) dans la mesure où cela est fait en toute sincérité et respect. Importance pour le bien-être du couple, et pour nous-même, qui n’avons plus peur et pouvons enfin exprimer notre potentiel !

Un jour, on m’a demandé: pourquoi as-tu peur de perdre cette relation avec ton conjoint ?

Automatiquement je réponds: parce que je perdrai beaucoup de choses, de moments, qui me rendent heureuse !

On me demande: Si vous vous séparez, c’est que vous aviez déjà perdu cette relation. En revanche, il y a autre chose, d’essentiel, que tu oublies. Quel est ton objectif dans la vie Géraldine ?

Je me précipite de répondre: Mon objectif ? Pouvoir réaliser le potentiel que j’ai en moi, devenir la meilleure personne possible !

Alors tu n’as rien perdu. Tout ce que tu as vécu avec cette personne, les expériences apprises, tout est en toi, à vie. Toi, tu mènes la barre d’un beau bateau, tu veux devenir meilleure ? Alors trouve la personne qui t’apportera ce dont tu as besoin pour exprimer le potentiel qui est en toi. Remercie la relation bienheureuse que tu as eu avec cette personne et souviens-toi de ce que tu devras faire mieux encore pour la prochaine fois.

En fait, c’est plus que ça : non seulement je n’ai rien perdu, mais en plus, j’aurai gagné. Gagné l’occasion de rediriger la barre de mon bateau vers quelque chose d’encore mieux.

Finalement, c’est comme lorsqu’on est malade.

Pourquoi sommes-nous malade ? Nous sommes malade parce que nous avons vraiment déconné avec le repas de la veille, nous n’avons pas fait assez attention à nous couvrir, bref, nous en sommes entièrement responsable. Que nous dit la maladie ? Elle nous dit que nous avons perdu la santé. Sommes-nous triste lorsque nous sommes malade ? Pire, avons-nous constamment peur d’être malade, donc de perdre la santé ? Non.

On réalise qu’on a merdé, et on remercie notre corps de nous en avertir.

Oui j’insiste : on se remercie d’être malade !!!

Pourquoi ?

Parce que si mon corps ne m’avait pas lancé le signal d’alerte au moment du rhume, qu’il n’avait rien dit..où serais-je allée comme ça… à quelque chose de bien plus grave de toute évidence !

Nos relations (amicales, amoureuses…) devraient fonctionner ainsi : remercions l’autre de nous dire quand cela ne va plus, quand nous avons déjà perdu une relation que nous aimions avec elle. Et prenons conscience de notre responsabilité avec sérénité dans cette perte de relation, afin d’éviter de » tomber malade » la prochaine fois.

Et pourtant, on sait bien que dans notre vie on retombera malade.

C’est la même chose avec nos relations.

Croire que l’on peut vivre une relation toute notre vie sans qu’il n’y ai jamais de crise, de « maladie », c’est être dans la pire des erreurs, qui ne débouchera qu’à de l’incompréhension et de la douleur.

En conclusion, comment dépasser la peur de l’abandon en amour ?

Nous pouvons choisir de ne plus avoir peur, conscients que la peur n’a jamais évité le danger voire ici peut le provoquer. En plus il parait que les hommes sont attirés par les femmes qui émanent de la confiance, alors c’est double bonus : on n’a plus peur et on est plus attrayantes !

Comprenons ensemble que nous sommes bien celui qui dirige la barre de son propre bateau, et que notre objectif n’est pas tant de rester toute notre vie avec la même personne si la relation n’est pas satisfaisante, mais de chercher la personne qui nous permettra au mieux d’exprimer notre potentiel.

Soyons conscients que dans nos relations il y aura forcément des périodes de « maladies ». Nous pourrons accueillir ces périodes avec sérénité, en apprenant de nos erreurs qui ont entraîné la perte de relation et en accompagnant avec sincérité et bienveillance l’autre autant dans son éloignement à nous que dans son rapprochement.

heureuse dans sa tete et dans son couple

Cet article, je l’écris pour vous et aussi pour moi, pour que nous progressions ensemble. Car je sais que me concernant j’ai encore du chemin à parcourir, mais je commence à entrevoir le drapeau de l’arrivée 🙂

Cet article vous a parlé ? Vous vivez la même chose ? Alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je répondrai à chacune d’entre vous !!!

Ces 3 actions par jour pour être plus heureuse dans sa tête

Comment être plus heureuse dans sa tête ? Comment bien démarrer la journée, même s’il pleut, même si on n’a pas forcément bien dormi ou même si on se réveille en sursaut encore ébouriffée et les yeux endormis pour aller nourrir son –adorable- chat qui crie famine ?

Bref, comment être plus heureuse au quotidien ?

Nous sommes toutes d’accord sur le fait que notre environnement va influencer notre humeur, et qu’il est fort probable que se réveiller au doux chant des marteaux-piqueurs dans la rue (c’est du vécu) n’est pas forcément des plus plaisants et augmente la probabilité d’être ronchon toute la journée.

Mais ce n’est pas une fatalité, loin de là !

Car :

« La vie, c’est 10% ce que vous en faites et 90% votre façon de la prendre. » Irwin Berlin

La sonnette d’alarme ? Elle a sonné quand j’ai réalisé que je commençais mes journées en râlant, à ruminer des idées noires dans les transports en commun sur mon quotidien inintéressant et que de toute façon « je serais bien mieux ailleurs qu’ici ». Là, je me suis dit « Stop, tu ne peux plus continuer ainsi ».

J’ai voulu à prendre un peu mon bonheur en main et à décider que quoi qu’il se passerait dans mes journées, je ferai au grand minimum une de ces 3 choses dans la journée et ce chaque jour, pour prendre soin de moi. Moi qui pensait que le bonheur reposait sur le fait de se tenir occupée en courant partout, j’ai compris que je pouvais cesser de faire, et être davantage.

Bref, j’ai compris qu’il devenait urgent…de prendre du temps !

1/ Méditer (10 min)

« Oh non, encore une qui va nous dire de faire la position du lotus et de chanter des « ahouuuum » pour aller mieux, alors que moi j’ai déjà du mal à tenir en tailleur les yeux fermés plus de 5 min… »

Pas de panique, on n’est pas obligé de prendre la « posture du vieux lémurien », (moi-même étant aussi souple qu’un balai) ni de méditer sur de grandes idées mystiques pour être plus heureuse dans sa tête ! 😉

Pour moi, simple néophyte de la méditation, méditer c’est avant tout prendre le temps de s’arrêter. S’arrêter de courir partout, s’arrêter s’agiter et à chercher le bonheur à Tombouctou.

Et dans la pratique ?

Je médite le matin avant de partir au travail, je m’assois sur le bord du lit ou sur ma chaise. Je ferme les yeux et je prends 5 à 10 min juste pour lâcher prise, pour me concentrer sur mon inspiration et mon expiration. J’essaye de ralentir ma respiration avec de longues inspirations et expirations, en imaginant simplement l’air qui entre et qui emplit mon nez, mes poumons, qui va oxygéner tout mon corps, puis l’air qui sort, avec lui les éventuelles tensions et toxines.

Je fais ça plusieurs fois, ce qui me permet de me détendre. Puis je prends quelques minutes pour laisser passer toutes mes pensées sans aucun jugement, comme si j’étais en dehors de mon corps et que j’observais quelqu’un. Certains matins j’observe que cette « personne » ne se sent pas bien dans son corps pour diverses raisons, et comme un médecin prend note des problèmes de son patient, je le note, de façon objective, sans porter de jugement dessus. Cela ma permet de trier ce qui va, ce qui ne va pas. Je me « note » littéralement dans ma tête « hum d’accord, je me sens mal par rapport à cette situation d’hier que je ne souhaitais pas ainsi » et là deux possibilités : soit j’ai le temps de creuser le problème comme un psy, un médecin poserait des questions à son patient, toujours avec détachement, soit je n’ai ni le temps ni la force mentale dans l’immédiat pour surpasser ça et je me dit « ok, je note le pb dans un coin, et je prendrai un temps pour y réfléchir posément et y trouver une bonne solution ».

Or, quand on identifie clairement ce qui ne va pas, on a déjà fait un long chemin pour aller mieux ! Mais ça c’est une autre histoire 😉

A ce sujet, connaissez-vous l’appli mobile petit bambou ? Je l’utilise pour me guider dans mes méditations 🙂

Pour moi, plus qu’une méditation, ce moment est un véritable « check-up » de mon état-d’âme, un petit bilan nécessaire pour démarrer la journée plus posément, plus détendue et plus heureuse dans sa tête. 🙂

2/ Faire du sport (30 min)

Okkkk on est d’accord, on a toutes eu au moins une fois cette idée « oh, si je me mets tranquillement dans mon canapé devant la télé ça va me rendre aussi heureuse hein ». Sauf que si votre objectif est de vous sentir mieux dans votre peau, et donc dans votre corps, vous savez intimement que ce n’est pas en se vautrant dans le canapé que ça fonctionnera. Et votre conscience, elle, le sait bien ! Et même si vous arrivez à vous mentir une ou deux fois vous ne pourrez éteindre cette petite voix dans votre tête qui vous dit que faire un peu de sport est la solution !

Pour cela, trouvez la formule qui VOUS correspond : du sport le matin au lever, sur la pause du midi ou plutôt le soir ? Quel type de sport ?

Et dans la pratique ?

Depuis que je fais au moins 3 séances de sports le matin/midi par semaine, je me sens beaucoup mieux dans mon corps car c’est un bon moyen de le tonifier. De plus, l’activité sportive entraîne la libération d’hormones « endorphines » en grande quantité. Ces neurotransmetteurs sont de puissants anti-douleurs et procurent plaisir et euphorie. Pour cela il faut maintenir l’effort pendant une trentaine de minutes. On ne va pas se mentir, on peut toutes trouver 30 min de libre de temps en temps dans notre semaine ;)

Et franchement, quand on peut faire du bien à sa tête en faisant tout en faisant du bien à son corps, pourquoi s’en priver ?

En résumé, faire du sport nous permet de nous rendre plus heureuse dans sa tête par la simple sécrétion des endorphines mais aussi par le fait que l’on se rapproche peut-être d’un objectif de silhouette voulu depuis longtemps, parce que l’on est sortie de sa zone de confort tout en faisant du bien à notre organisme.

3/ Se dire des mots doux…à soi-même ! (15 min)

Oui oui, vous avez bien lu, cette dernière astuce consiste à…se dire des mots doux à soi-même !

Soyons honnête, il y a de quoi être sceptique sur certaines techniques new-age qui se résument souvent à se dire « je m’aime » dans le miroir tous les matins, et ce même si on ne serait pas prêt à parier un copec dessus. C’est simple, j’en suis intimement convaincue, on ne peut pas se mentir à soi-même, et si on n’est pas heureuse dans sa tête par exemple parce que l’on n’est pas fière de soi, difficile de se crier « je m’aimeuuuh ! Je suis la meilleure ! ».

Et pourtant ce que je vous propose là y ressemble, mais à quelques nuances –importantes- près.

Et dans la pratique ?

Avec tout le mal que vous pouvez vous faire par des pensées négatives (et ô combien nous sommes douées pour ça, les filles), vous ne pouvez nier que si vous êtes toujours là, vivantes, c’est qu’au fond, vous avez de l’espoir pour votre futur. Si vous y réfléchissez bien, que vous prenez le temps d’en prendre conscience avant de se l’affirmer, vous réaliserez que vous avez beau être un peu négative ou carrément dépressive, si on vous suspendait du haut d’une falaise à bout de bras, vous n’auriez pas envie de lâcher, mais de remonter sur la terre ferme !

Je prends donc environ 15min, dans les transports en commun par exemple, pour réfléchir à cette idée, pour commencer à en prendre conscience, profondément.

Il faut commencer, étape par étape, par observer ce qu’on aime chez soit de plus évident, ce dont on est fière, ce qu’on aime dans notre vie.

Pour réaliser cet exercice, 2 livres ont radicalement changé ma perception du monde et de ma confiance en moi, 2 lectures que je recommande à tout le monde : « Love Yourself, like your life depends on it » de Kamal Raviktant et « Le pouvoir de la confiance en soi » de Brian Tracy. Pour en savoir plus sur ces livres (je ferai un article/vidéo sur chacun d’eux de toute façon !), cliquez directement sur les images 🙂

 

 

A vous de jouer !

Alors, laquelle de ces 3 actions à effectuer chaque jour pour être plus heureuse dans sa tête avez-vous préférée ? Laquelle seriez-vous prête à réaliser, facilement ?

Que pourriez-vous faire, là tout de suite ou au pire dans cette journée, parmi ces 3 actions, qui vous aiderait à vous sentir plus heureuse ? Si vous le pouvez faites-la tout de suite, tant que la motivation est à son maximum, et au pire, engagez-vous solennellement à la réaliser dans la journée ! 🙂

 

Découvrez la version vidéo de cet article !